Quand Street Fighter rencontre le Street Marketing

Le 18 mai 2010 à eu lieu rue de la roquette dans le 11ème arrondissement de Paris une opération de street marketing mené par des étudiants de l’école ESG. elle consistait à rendre visible et promouvoir le jeu vidéo Street Fighter fer de lance de la société Nippone Capcom. L’opération comme dans le jeu de « Versus Fighting » permettait de choisir ses personnages qui seront ici réel (incarnés par des acteurs) et de le faire évoluer dans une lutte confrontant les protagonistes comme si il était dans un scrolling 2D tel que dans sa version console et arcade.

On constate alors que lors de cette promotion, les différents passants se sont « pris au jeu » et on montré leurs intéressements au profit de  Capcom qui ne nous surprendra pas en continuant à faire de la rue son jeu de combat.

Gamal H

Starbucks et la Saint Valentin

Pour la Saint Valentin, Starbucks lance un nouveau concept : une carte de voeux qui fonctionne de paire avec une application pour smartphone et leurs goblets sur le thème du 14 février. Il suffit de scanner avec son téléphone le dessin sur son goblet, ce qui ouvrira automatiquement l’application, et là, vous pourrez créer votre carte de Saint Valentin à envoyer à votre autre moitié(e).

 

Kerry ropert

GRAND NOM DU MOUVEMENT STREET ARTEditeur : Victoria And Albert Museum

Kerry RoperTime Waits For No Man, Con Amor and Modern Youth Sont 3 références, connus pour le street art–  Ces créations ont d’ailleurs fait partie d’une exposition consacrée au Street Art, qui présentait aussi les travaux de Blek Le Rat, Banksy, Shepard Fairey, D * face et Eine.

Le graffiti s’est développé dans une forme riche et démocratique d’expression visuelle qui est maintenant plus souvent étiquetée ‘ l’art de la rue ‘.

Comme il mûrit, l‘art de la rue s’est déplacé à l’intérieur; les galeries exposent maintenant et vendent des copies d’éditions limités par des artistes établis avec des marques auto-créées reconnaissables, y compris Banksy, Blek Rat, Shepard Fairey, Eine et Mlle Tic.

Ce livre est le premier à montrer spécifiquement des copies d’art de la rue – maintenant fortement précieux à part entière. Il présente les artistes, des symboles et le sujet qui domine le genre et place leurs copies dans le contexte plus large d’art urbain. La jaquette se déroule dans une affiche.

Ralph Lauren

Ralph Lauren a offert le 10 novembre 2010 un bel exemple de marketing urbain  aux londoniens ainsi qu’aux New-yorkais. La marque a sorti les grands moyens et a réalisé un véritable show  son et lumière, mais aussi parfum afin de faire appel au marketing sensoriel, diffusé sur les bâtiments de Londres et New-York. Le show présentait la collection automne-hiver 2010/2011, ses nouveaux accessoires et une rétrospective des produits de la marque. Mais il permettait surtout de réaliser une véritable démonstration de force en utilisant les dernières technologies d’imagerie en trois dimensions. Prestige oblige, la marque a fait appel aux concepteurs des effets spéciaux du film Harry Potter pour réaliser cet événement, autant dire que le coût de l’opération a dû être plutôt important. Mais au vu de l’impact médiatique de l’opération, ce coût est à minimiser. Avec cet événement Ralph Lauren a vraiment fait vivre un moment privilégié et onirique à ses heureux participants.  Les créateurs ont su lier le 1ère art au 7ème et cette fusion, le fruit de cet accouplement est tout bonnement magnifique et mériterais d’avoir sa propre classification.

Frank S. Fairey

Frank Shepard Fairey est né un 20 février 1970 à Charleston.  Il se fit connaitre pour sa première passion ; le skateboard.  Vous cherchez peut être le rapport avec l’art urbain ? Je vais vous expliquer brièvement ce qu’il en est.

Sa première expérience dans l’art se dessine en 1984 ou il dépose son empreinte sur des T-Shirt et des skateboards au profit de la société  Providence ou il commence à se faire un petit nom.  Peu après il rentre dans une école de designer Rhode Island School of Design (RISD) en 1989, et il crée la campagne de stickers André the Giant Has a Posse, qui a donné la campagne Obey Giant. La campagne est devenue, selon les mots de Fairey, une « expérience en phénoménologie. » Il a reçu le diplôme de RISD en 1992 avec une maîtrise en arts dans l’illustration.

En 2008, son travail prend une ampleur planétaire avec la création du poster HOPE de Barack Obama qui deviendra une image-icône de la campagne. L’Institut d’art contemporain de Boston le considère comme un des plus connus, des meilleurs et des plus influents artistes de Street art du moment.

Il y a eu le 18 juin 2011, une exposition à Paris à la galerie Magda Danysz ou une rétrospectives de ses actions ont été présenté.

Hors du commun et reconnu pour l’art qu’il a su « créer », on peut dire que pour lui « tout marche comme sur des roulettes » !!!

La Rue

C’est un espace de circulation dans la ville. Elle met en relation et structure les différents quartiers.

la rue

Au niveau local, c’est aussi un espace public, lieu de rencontres et d’échange où s’exerce et se construit la sociabilité des individus et des groupes sociaux. Enfin, par le biais de la manifestation, la rue peut devenir un lieu de contestation. C’est donc potentiellement un espace politique, particulièrement dans les quartiers centraux.

La rue peut aussi accueillir différentes manifestations qui ne sont pas forcément des revendications et peuvent être des évènements, drôles, enrichissants, motivants …

L’Art

Le mot « art » possède deux significations.

"Commencons par le commencement"

L’une, originelle, désigne un ensemble de procédés permettant d’obtenir certains résultats et d’atteindre certaines fins, comme l’expriment, encore aujourd’hui, des expressions telles que « art culinaire », « arts ménagers », « arts et métiers » etc.
Dans sa première acception, l’art demeure essentiellement empirique, car il revêt un caractère irrémédiablement pratique. Par exemple, le médecin est homme de l’art de la médecine : sans être un guérisseur, simple empirique, il reste un praticien, même s’il possède la connaissance des raisons et des causes.

L’art est donc une sorte de « mixte » entre une pure connaissance théorique et un simple savoir pratique.

 L’art, entendu en ce sens, est très proche de l’artisanat. Ainsi que le définit Aristote, « Il y a art quand de nombreuses notions empiriques donnent naissance à une seule conception de cas semblables. »

L’autre signification du mot « art » est beaucoup plus moderne et désigne la création de choses belles, d’objets esthétiques : « L’art ou les arts désignent toute production de la beauté par les œuvres d’un être conscient »