Coup de gueule contre les coups de brush !

C’est un ras-le-bol de toutes ces affiches publicitaires qui mettent en scène des mannequins parfaitement bronzés au pixel près, sans graisse, rides ou cernes, qui a poussé un artiste de rue allemand à détourner les affiches de la nouvelle campagne H&M.

En effet, c’était il y a quelques jours seulement que cette campagne fit scandale : sur les affiches, des mannequins beaucoup trop bronzés, aux corps sublimes et la peau parfaite…

Comment lutter contre cette fausse image de femme parfaite que nous renvoie bien souvent ces campagnes d’affichages ? Notre artiste de rue a eu la bonne idée de placarder à son tour la palette d’outils de Photoshop, logiciel utilisé pour retoucher les photos.

C’est ainsi que nous pouvons voir sur chaque affiche des couloirs du métro à Hambourg la signature de cet inconnu et sa manière pertinente de dénoncer l’image artificielle de la femme qui nous est imposée bien trop souvent par les magasines ou les publicités.



Bravo l’artiste !

LE STREET MARKETING NAVIGUE AVEC le journal METRO

A l’occasion de l’annonce de son dernier changement de format, le journal METRO à mis en exercice ses talents d’Origamiste!

En effet, l’avantage du Street marketing, c’est qu’il est ouvert a tous les style, toutes les bourses, et toutes les idées, plus originales les unes que les autres.

le journal aura un nouveau format – plus petit – une nouvelle maquette et toute une myriade de sites Internet d’informations locales, qui devraient s’appeler « Metro-city ».

Nouveau format, nouvelle maquette et une zone de diffusion étendue de 15 à 30 grandes villes françaises. Désormais filiale à 100% du groupe TF1, le journal Métro va opérer l’année prochaine quelques changements. La direction du quotidien, tiré à 760.000 exemplaires chaque jour, promet que la ligne éditoriale restera indépendante de sa puissante maison-mère.

Au niveau économique, en tout cas, le rachat de Métro par TF1 est une très bonne nouvelle pour les salariés du quotidien. Au début de l’année, le journal accusait une perte de 2 millions d’euros, à cause de la concurrence des autres gratuits et de la baisse des recettes publicitaires. Un plan social avait même été lancé. Les millions de TF1 sont donc les bienvenus.

O.F